Producteur rock

The Strypes

The Strypes

Depuis 2010, The Strypes est de loin le groupe de rock irlandais le plus excitant, et ils reviennent en force en 2017. Après quatre années très agitées à enchaîner les tournées, ces quatre jeunes venant d’une petite ville d’Irlande, sont partis sur les routes pour travailler sur l’album le plus déterminant de leur carrière à ce jour.

Intitulé Spitting Image, cet album fabuleusement diversifié transcende aisément les racines du R&B des Strypes, mettant en avant leurs compétences d’auteurs-compositeurs et leur maturité malgré leur jeune âge. Ils ont été autant influencés par les héros de la New Wave comme Squeeze et Elvis Costello, que par leur fascination avec le blues. Le producteur Ethan Johns a capturé toute leur chimie pétillante sur scène, tout en les aidant à exploiter leur propre potentiel en tant qu’auteur.

Glyn Johns et son fils, Ethan, ont travaillé dans les studios pour les Rolling Stones et les Beatles et font parties des meilleurs producteurs, ayant travaillés sur des albums de références pour des artistes comme Tom Jones, Kings Of Leon et Laura Marling. Ethan met en avant le potentiel du groupe. “The Strypes sont l’avenir,” dit-il.  « Des groupes comme celui-ci, on n’en voit pas tous les jours. Je suis très chanceux d’avoir pu enregistrer avec eux. »

Lorsque le combo explosif envahit d’abord la mer d’Irlande en 2012-13, la scène musicale Britannique a été à juste titre électrifiée par l’exubérance pure de ces quatre jeunes de tout juste 16 ans.

Encore à peine dans la vingtaine, leur bus de tournée finit par rouler à temps pour Noël 2015 dans leur ville natale de Cavan, juste au sud de la frontière nord-irlandaise. Les deux premiers mois de 2016 ont été consacrés à récupérer, mais le nez toujours plongé dans l’écriture. Juste avant l’été, en suivant le conseil de leur ami et mentor Chris Difford, le quatuor se retrouve à utiliser leur temps libre dans les Studios de Peter Gabriel RealWorld près de Bath pour produire quelques nouvelles démos.

En quelques minutes, il avait accepté de produire l’album, et de prendre en charge le groupe et leur pré-production de concerts à Cavan à l’Hôtel de Ville, pour ensuite superviser les sessions en novembre, au légendaire Rockfield au pays de Galles.

Pete (basse/harmonica) : “Avec les deux premiers albums, on partait en tournée, composait quelques chansons, faisait des reprises, ce qui nous passait par la tête, puis on passait quelques jours à enregistrer dans les studios pour repartir en tournée par la suite. Cette fois-ci c’était la première fois qu’on avait l’impression de faire les choses bien et de prendre notre temps. »

En effet, contrairement à “Snapshot” (2013) et “Little Victories” (2015), Johns a aidé le groupe durant ce rite de passage difficile qu’est la création d’album, pour réaliser un disque qui les définissait vraiment.

Josh (guitariste) : « C’est la première fois qu’on réussit vraiment à capturer l’essence de notre musique et Ethan a été une part importante dans notre travail. Il est le genre de personne à mettre tout le monde sur la même longueur d’onde.

Le succès de The Strypes provient de leur incroyable et naturelle alchimie. Grandissant pas très loin les-uns des autres, aux mêmes âges, pour un groupe comme le leur, ils avaient une chance sur un million de percer. « Pour rester réaliste, c’est peut-être arrivé trop tôt” admet Josh, “Lors de la sortie de notre premier album, tout le monde disait, vous allez devenir l’un des plus grands groupes au monde, ce qui est complètement stupide. On n’a jamais su ce que c’était d’aller à l’université, donc ce premier album, c’était notre façon d’apprendre, c’était tout ce qu’on connaissait et finalement on ne s’en est pas trop mal sorti.”

« Ce qui est drôle, ajoute Pete, c’est que quand tout le monde pensait qu’on allait être millionnaires, les seules personnes réalistes, c’était nous, les ados de 16 ans. »

Ethan : “j’ai toujours eu une bonne façon de dire aux gens d’aller voir ailleurs et de nous laisser tranquille tant qu’on n’avait pas fini l’album. Pour leur faire changer d’air, on allait se promener, jouer aux cartes, s’insulter ou encore se balancer du fromage sur les uns et sur les autres. »

Johns les a accompagné d’une manière bien à lui, non comme un manager ou comme un producteur, mais dans une relation d’égal à égal, où il veillait sur eux, s’assurait qu’ils mangeaient correctement.

« Le garage-rock a toujours été une bonne définition de notre musique », explique Evan qui dévoue un amour profond pour la New Wave, « car ce genre couvre beaucoup d’influences qui se rejoignent par la traduction « une bande de garçons tapant sur des instruments dans une pièce ». Malheureusement, nous avons eu pour réputation de rester dans le même genre de musique [c.-à-d.  R&B], et ce n’était pas ça. C’est tout d’abord un attachement personnel à la musique à un style particulier, qu’importe son époque. Notre but n’a jamais été d’être comme les autres et de copier et d’être dans l’ère du temps « 

En plus des autres favoris hyper-mélodiques de New Wave comme The Jagz, XTC et Joe Jackson, The Strypes avouent avoir été inspiré par l’ambiance de l’icône du rock irlandais Phil Lynott sur « Great Expectations », tandis que la pépite de Josh « Mama Give Me Order » nous conquis avec son acoustique. De manière tout aussi ambitieuse, ‘Garden Of Eden’ et ‘Oh Cruel World’ prennent des airs de blues inspirés de la Nouvelle Orléans par Dr John.

« Elles sont toutes très sombres », rit Pete sans remords. « Nous avons signé en tant que contributeurs au genre inventé par Graham Coxon comme Despondent Rock. La plupart du temps, c’est le fait d’être dans la condition humaine de la contrainte, qui nous permet d’être dans un esprit sombre et torturé. Une chanson joyeuse, c’est ennuyeux et inintéressant. On aime le contraste entre une situation mélancolique et une superbe mélodie entêtante. Et ça c’est un challenge pour nous.

thestrypes.com / facebook.com/TheStrypes

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six × = 18

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Wordpress Themes - Wordpress Video Themes - Wordpress Travel Themes - WordPress Restaurant Themes