Producteur rock

Cabbage

Pour un premier album, Nihilistic Glamour Shots est l’un des disques les plus importants de ces derniers temps. Depuis Le Chou, maxi sorti en 2016, on attend beaucoup du premier véritable album de Cabbage. Depuis, le groupe a sorti 36 chansons et a donné plus de 200 concerts.

« Il n’y a jamais été question de quantité plutôt que de qualité, » explique Lee Broadbent, le plus enthousiaste des deux leaders de Cabbage (contrastant avec Joe Martin, plus calme et réservé). « Nous sommes quatre à écrire des morceaux dans le groupe, donc les chansons arrivent en continu. »

Ce disque confirme que ces cinq individus aussi talentueux qu’investis (Lee, Joe, le bassiste Steve Evans, le batteur Asa Morley et le guitariste rythmique Eoghan Clifford) forment l’un des groupes les plus nuancés de ces dernières années. Nihilistic Glamour Shots est un mélange complexe d’influences, depuis la salve d’ouverture frénétique de « Preach To The Converted », « Arms Of Pleonexia » et « Molotov Alcopop », le blues enfumé de « Perdurabo » ou la funk sauvage de « Exhibit A » jusqu’à « Subhuman 2.0 », final imparable de sept minutes.

Même si Nihilistic Glamour Shots élargit encore la palette sonore de Cabbage, et ce après cinq maxi déjà très éclectiques, il retranscrit aussi parfaitement l’énergie brute de leurs concerts déjantés.

Young, Dumb And Full Of…Cabbage est une compilation. Nihilistic Glamour Shots est le véritable premier album de Cabbage. Mais le groupe ne néglige pas cette compilation pour autant. « Il était important d’enregistrer Young, Dumb And Full Of…Cabbage juste avant la saison des festivals en 2016, » explique Joe. « On ne peut jamais recréer l’excitation de ces premiers concerts quand les choses commencent à bouger. Nous aurions pu garder certaines de ces chansons pour nos vrais débuts, mais ça aurait sonné faux. » Et Lee de résumer, « Nous nous sommes créé une situation unique, où les difficultés d’un deuxième disque arrivent avec le premier. »

Quelles que soient les complexités de la discographie de Cabbage, on ne peut nier leurs progrès remarquables depuis la formation à Mossley en 2015. Eoghan et Lee étaient batteurs dans leurs groupes précédents, tandis que Joe était un poète d’improvisation prometteur. Le bassiste Steve Evans, est le membre le plus expérimenté. Il a joué dans de nombreux groupes auparavant, dont le prestigieux Twisted Wheel, avant d’apporter son calme béat et son jeu fluide à Cabbage. « Ce qui a bien accroché avec Cabbage par rapport aux autres groupes, c’est qu’on est tous sur la même longueur d’onde, » remarque Steve. « On veut tous faire le même genre de musique. »

Producteur débutant, Steve aurait préféré rester derrière la table de mixage, mais les autres l’ont fait changer d’idée. « On le suppliait de rester, » se souvient Joe. « Steve était le meilleur producteur des environs. Lors de l’une des premières répétitions, on était complètement bourré, et pourtant, il est parvenu à nous rendre nickel sur les enregistrements. »

Eoghan et Lee se sont partagé les parties de batteries pour Le Chou. Ils n’avaient pas encore trouvé Asa. « Avec deux batteurs dans le groupe, Asa avait une sacrée pression, » admet Joe. « Mais on a fait une session live à Sheffield, il a assuré et nous a juste scotchés ! »

Même si pour l’instant il est le seul à ne rien écrire dans Cabbage et qu’il est la cible de l’hilarant « Asa Morley » sur le maxi The Extended Play Of Cruelty, il ne faut pas sous-estimer le batteur un peu effacé.

Quoi qu’il arrive, Nihilistic Glamour Shots fera parler de Cabbage pour de bonnes raisons. On ne peut sortir une musique plus idéaliste. « On ne s’oblige jamais à rien, » conclut Steve. « C’est toujours plein d’humour et de bonnes intentions. Nous n’avons aucune image à protéger. On ne peut pas nous prendre en défaut, car nous n’avons rien à cacher. »

There’s an overarching idea about the band which I’ll always buy into. Feels like they have a sense of purpose. Really cool live and really cool guys.– James Dean Bradfield, Manic Street Preachers

It’s refreshing to hear lyrics like that. It’s strange sometimes – not giving a fuck, you stir it up don’t you? I think they’re going to open a lot of people’s eyes and minds. It’s all in the gut, it’s so visceral; the kind of feeling you get when you listen to it…fucking hell they’ve got some riffs.– Liam Fray, Courteeners

They’re young, like the Fall, they’ve got something to say. They’re not afraid.– Miles Kane

A real band in unreal times– James Skelly, The Coral

I love Fat White Family and Cabbage too. There’s a pocket of bands trying to make themselves heard. I’m not sure if there’s a platform for bands like that anymore, but I don’t pay too much attention to things like that. – Brett Anderson, Suede

We had a great time on tour with Cabbage. They’re awe-inspiring and will blow your minds. – Tom Ogden, Blossoms

facebook.com/cabbagelechou | ahcabbage.bandcamp.com

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept − = 5

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Wordpress Themes - Wordpress Video Themes - Wordpress Travel Themes - WordPress Restaurant Themes