Producteur rock

Bill Callahan

Bill Callahan

Message à l’équipage, préparez vous à l’atterrissage! Planant à basse altitude, Bill Callahan a enfin touché terre. Nous sommes en 2013 et il est de retour avec un nouvel album : « Dream River », prévu pour le 16 septembre sur Drag City.

Enregistré aux studios Cacophony au Texas au début de l’année, « Dream River » se compose de huit longues chansons parmi les plus sensuelles et spirituelles de la carrière de Callahan.

Qu’il vole à bord de petits avions, qu’il se saoule avec les clients des hôtels d’entreprise, qu’il peigne des bateaux pour l’été ou alors qu’il vole vers la mer en suivant le cours de la Dream River sans l’aide d’aucun appareil, Bill Callahan nous parle avec cette voix, cette « chose merveilleuse » selon le New Yorker, qui n’appartient qu’à lui.

Dans le monde des chansons de Bill Callahan, la réalité du temps présent s’envole avec autant d’extase que les vêtements, les draps étendus dans le vent. Ces choses portées par le vent ne font pas seulement partie du paysage mais en sont les contours émotionnels. Bill est un cartographe dessinant des côtes, racontant les récits qu’il découvre le long du tracé. Certains sont réellement vécus, d’autres simplement vus avec l’esprit. Et ils viennent se nicher alors, humblement, dans « Dream River ».

Bill tire ses textes comme il défait des bobines de fil pour parvenir au nœud d’origine. Ou alors il démonte et fouille dans les meules de foin pour trouver quelque chose de dur et pointu. Bien que le temps où les meules fourmillaient d’aiguilles est loin derrière, Bill trouve toujours quelque chose qui vient se planter dans son doigt. Il saisit une vue panoramique afin de nous donner la perspective, et dérive, trouve de nouvelles circonstances à considérer. Les sujets changent au fil de la conversation, comme le ferait un kaléidoscope, pivotant d’un infime reflet scintillant sur des fenêtres qu’on regarderait tout les jours, des fenêtres qui n’étaient même pas là au début. Une virée franche, avec poésie, à travers des chansons où raisonne au loin un son familier : un éclat de rire.

De nombreuses histoires sont alors dites.

Dream River fait suite à « Apocalypse » (sorti en 2011) et qui avait valu à Callahan de figurer parmi les meilleurs songwriters américains d’après le New York Times.


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 1 = sept

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Wordpress Themes - Wordpress Video Themes - Wordpress Travel Themes - WordPress Restaurant Themes