Producteur rock

Alberta Cross

Alberta Cross

Alberta Cross  a récemment  annoncé une tournée de huit dates en Europe. Mené par le chanteur et guitariste Petter Ericson Stakee, le groupe jouera des titres extraits de son nouvel et troisième album  album “Alberta Cross ”.

Co-produit par Stakee et Claudius Mittendorfer (Johnny Marr, Kaiser Chiefs, Temples), l’album présente de nouveaux territoires musicaux, avec des sections de cuivres énergiques tissées à travers l’ensemble des 12 titres qui le composent, alors que Stakee ré-explore en plus les racines du groupe. Au sujet de l’album, le premier sans le co-fondateur Terry Wolfers, Stakee dit : « C’est la première fois que j’ai tout fait moi-même.  Il [l’album] a en quelque sorte ramené les choses là où j’ai commencé. J’ai écrit toutes les chansons. C’est un nouveau départ pour moi. C’est pour cela qu’il est éponyme. »

Après quelques mois de disputes pour se sortir de vieux contrats avec des maisons de disques et après avoir mis derrière lui la gênante machine de ce qu’il reste de l’industrie du disque, Stakke a emmené son assortiment de chansons et d’idées dans le nord de l’état de New York, près de  Woodstock, dans un endroit appelé Dreamland. « C’est cette vieille église magnifique qui a été transformée en studio », explique Stakee. « J’ai toujours voulu enregistrer dans une église. »

C’est à Dreamland avec les musiciens et amis Peter Remm et Fredrik Aspelin que Stakee a embouteillé son inspiration, qui est provenue de bœufs qui ont eu lieu tard le soir et auxquels il a pris part plus tôt cette année dans l’East Village de New York. Certaines sessions duraient jusqu’à trois heures du matin avec de nombreux musiciens, y compris Kraig Jarret Johnson de Golden Smog. Alors qu’on s’enfonce un peu plus dans l’album éponyme, les chansons commencent à se transformer comme ces bœufs de milieu de nuit. La profondeur de l’album, sa solidité, commence à se faire remarquer avec des chansons comme “Beneath My Love” et “Get Up High” qui arrivent dans la seconde moitié de cette merveilleuse et complexe heure de sons que Stakee a construite. Rempli de cuivres, de cordes et de refrains faits pour tirer l’auditeur à l’intérieur, le sentiment de renouveau de Stakee est armé des meilleures chansons qu’il n’ait jamais écrites.

« Sur cet album, nous avons toutes ces nouvelles couleurs, » continue Stakee. « C’était génial, je voulais que ces bœufs qui ont eu lieu tard le soir inspirent l’album. C’était très libre, il n’y avait pas beaucoup de structure. Je voulais garder cette atmosphère, la liberté et l’âme qu’il y avait. De la mandoline, du violon, du cor, du bugle, de la trompette… On a mis ça dans beaucoup de titres. C’était pour moi quelque chose de nouveau et de très inspirant. Cet album me parait si… pur. »

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


trois − = 1

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Wordpress Themes - Wordpress Video Themes - Wordpress Travel Themes - WordPress Restaurant Themes