Producteur rock

Albert Hammond Jr.

Albert Hammond Jr.

“La Terre est une toute petite scène dans une vaste arène cosmique. Songez aux fleuves de sang déversés par tous ces généraux et ces empereurs afin que nimbés de triomphe et de gloire, ils puissent devenir les maîtres temporaires d’une fraction d’un point.”  Carl Sagan

Dans une partie de son livre Pale Blue Dot: A Vision of the Human Future in Space, l’astronome Carl Sagan explore l’immensité de l’univers et la position unique de la race humaine en relation avec elle et en elle. Les mots « maîtres temporaires » ont parlé à Albert Hammond Jr. Au début, il a trouvé quelque chose de drôle dans cette notion égocentrique que quelqu’un puisse complétement maîtriser quelque chose, mais cela a aussi souligné pour lui le truisme que chaque triomphe est fugace.

« Les meilleures chansons que j’ai écrites, dès que je les avais terminées, je me disais « Oh mon dieu, je l’ai fait ! » Mais dans le quart de seconde où il vient, ce sentiment disparaît. », explique t’il. « C’est comme quand on trouve le bonheur complet, après, on tombe au plus bas. J’ai l’impression que c’est ça, être créatif : c’est rebondir dans l’émotion et ce qu’on capture dans ces rebondissements. C’est accepter où on est et s’en servir. »

Ainsi, Hammond Jr. a appelé son troisième album solo Momentary Masters. Bien des années ont passé depuis la sortie de ses deux premiers albums solo, Yours To Keep (2006) et ¿Cómo Te Llama? (2008), et honnêtement, les choses ont changé pour lui depuis. À l’époque, Hammond Jr. était un cinquième des Strokes, emporté dans une tornade, se laissant tenter par un cocktail grisant d’excès et de romances dévorantes. Une fois dégrisé, se remettre à écrire des chansons a été un challenge intimidant.

« Un an et demi après la désintox, je n’étais pas sûr que j’allais m’y remettre », dit Hammond Jr. « La première chose que j’ai écrite a été « One Way Trigger » pour Comedown Machine, mais avant ça rien n’est venu de moi pendant un an et demi. C’était comme si la vie était une rivière et j’avais l’impression d’être sur la rive. Du genre « Tout le monde est à l’intérieur, comment je fais pour rentrer ? », continue t’il. « Et une fois rentré, c’était terrifiant. Maintenant, je trouve ça drôle, de quoi j’avais si peur ? Tu peux avoir tout ce que tu veux si tu es là, si tu es présent. »

Les prémices de ce nouvel album ont commencé avec son EP AHJ, sorti sur Cult Records, le label de Julian Casablancas, en octobre 2013. AHJ faisait preuve d’un point de vue plus courageux. Sa voix est plus profonde, plus mise en avant, avec moins d’effets. Chaque chanson est ancrée par une section rythmique plus musclée. Son approche de la musique a changé de manière cruciale. Il a tourné la page.

« Je crois que ma façon d’écrire, en général, c’était de l’émotion et de l’excitation. Je me laissais porté par ça et quand ça s’arrêtait, c’était tout, soit parce que j’étais paumé, soit par paresse où je ne sais pas quoi, » dit-il. Cette fois-ci, animé par le désir d’écrire et de retravailler sa musique jusqu’à ce qu’il soit 100% satisfait, il a beaucoup plus perfectionné ses compositions. Par ailleurs, ces chansons ont été mises au point avec l’aide du producteur Gus Oberg, gagnant d’un Grammy, qui a beaucoup travaillé avec les Strokes et qui est aussi un des meilleurs amis d’Hammond Jr. C’était le chef exigeant mais bienveillant de cet album.

« Si je ne faisais pas quelque chose comme il fallait, il me le faisait refaire encore et encore et encore, » se souvient-il. « Il était vraiment dur avec moi, plus dur qu’il n’avait jamais été. C’était marrant cela dit, je ne suis pas en train de me plaindre. En fait, c’est bien d’avoir quelqu’un qui te pousse, et je savais à quel point il était enthousiaste. »

Les premières sessions pur Momentary Masters ont commencé par une escapade expérimentale de trois jours en juin 2014 pour tâter le terrain avec son nouveau groupe. Ayant établi une unité solide pour la tournée de l’EP AHJ, il avait hâte de voir comment Hammarsing Kharhmar (le leader de Mon Khmer, qui joue de la guitare avec lui depuis 2008), le guitariste Mikey Hart (Bleachers), le bassiste Jordan Brooks et le batteur Jeremy Gustin (Delicate Steve, Marc Ribot) allaient travailler ensemble sur ses nouveaux morceaux. Ils se sont réunis avec Oberg chez Albert Hammond Jr. dans le nord de New York, dans une grange transformée qu’il appelle One Way Studios qui est devenue leur QG.

Les sessions étaient extrêmement détendues : ils se levaient, allaient faire un jogging, jouaient au frisbee, parfois coupaient du bois, puis, ils s’y mettaient. Les jours de boulot étaient suivis de grands dîners dignes de repas de famille cuisinés par Albert Hammond Jr. et sa femme Justyna, et ils se détendaient tous en regardant John Oliver, Game of Thrones ou Boardwalk Empire. C’est cette ambiance de vacances entre copains qui a poussé à la créativité et à la collaboration, qui ont continué quand ils sont rentrés en septembre pour terminer l’album. (Excepté la reprise de Bob Dylan « Don’t Think Twice », qui avec quelques overdubs, reste principalement dans sa forme première, de démo enregistrée dans une chambre.) Le résultat offre un dynamisme d’une forme nouvelle : on peut l’entendre dans « Power Hungry », avec ses grooves à la Ennio Morricone et son Mellotron utilisé pour sonner comme des violons, ou dans les rythmes agressifs et les guitares anxiogènes de « Caught By My Shadow. » Même dans « Sideboob », (intitulé ainsi parce que, hey, pourquoi ne pas célébrer une bonne chose ?) il y a une énergie nerveuse qui laisse l’auditeur agité.

Une fois les instrumentaux en grande partie terminés, il était temps pour Albert Hammond Jr. de se replier et d’écrire des mélodies, examinant avec attention  des carnets remplis d’ébauches impressionnistes, d’observations et d’oxymores, qu’il s’est mis à assembler sous forme lyrique. La présence de ces carnets n’est due qu’à une amie dont l’influence se fraye imperceptiblement un chemin dans l’ensemble de Momentary Masters. Elle-même lectrice vorace qui était constamment en train de griffonner ses pensées, elle a encouragé Albert Hammond Jr. à faire de même, le tournant vers la poésie, et vers Anne Sexton en particulier. Elle a atterri dans sa vie par hasard, nouant des liens à travers un goût mutuel pour Richard Pryor, et deux courtes semaines plus tard, elle s’est éteinte. Cet album lui est dédié : son nom est Sara.

« J’en étais déjà à ce point où j’absorbais vraiment les choses : tu es sobre alors c’est ce qui arrive, tu absorbe tout », explique t’il. « Elle a commencé à me montrer des trucs qui ont changé mon point de vue sur comment écrire et comment avoir des idées. Je n’aurais jamais deviné que je serais en train de parler d’elle maintenant, mais c’était tellement magique qu’elle fasse partie de ma vie pour ces deux semaines. »

Momentary Masters est un album sur le fait de trouver une nouvelle curiosité dans la vie, en conséquence de la perte de l’innocence que le temps et la connaissance créent. La musique est peut-être principalement pleine d’entrain, avec des riffs de guitares vifs et désinvoltes, mais la mélancolie s’infiltre fréquemment jusqu’aux passages les plus lumineux et se révèle quand votre garde baisse.

« Vous voyez quand vous passez du temps avec quelqu’un et qu’il y a des choses que vous ne diriez pas aux gens ? Vous montrez ce côté que vous trouvez le plus attirant, mais vous finissez par devenir assez proche et vous révélez un autre côté. La plupart des gens veulent repousser ce côté et prétendre qu’il n’existe pas. Aussi bien que vous soyez, il y a aussi une partie obscure en vous, et si vous ne croyez pas cela, vous vous mentez à vous-même. Pour être accompli, il faut intégrer ça dans sa vie et l’accepter dans son ensemble. »

Pour Hammond Jr., il y a une excitation inébranlable dans la création et l’achèvement, et une faim pour ce qui vient après : il a hâte de prendre la route avec ces chansons. Momentary Matters est peut-être soucieux de la dualité de la condition humaine, et de la reconnaissance que la vie avec tous ses hauts et ses bas  n’est  qu’un simple mauvais moment à passer, mais en fin de compte, dans ces chansons rocks succinctes, il a communiqué quelque chose dont le sens va se métamorphoser à travers le temps, aussi bien pou lui que pour ceux qui écoutent.

- Kim Taylor Bennett

alberthammondjr.com | facebook.com/AHJofficial

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 5 = huit

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Wordpress Themes - Wordpress Video Themes - Wordpress Travel Themes - WordPress Restaurant Themes